agrandir le texte retrecir le texte

L’Amafar tourne à plein régime au cœur du quartier Fayard.

Accompagnement lors des démarches administratives pour remplir des dossiers ; groupe de paroles pour évoquer des difficultés au quotidien liées à l’éducation des enfants ; alphabetisation ; lutte contre la fracture numérique ; formation de veille et de prévention contre les violences intra-familiales... Ces diverses activités sont au menu des ateliers de parentalité proposés par l’AMAFAR-EPE ou Association des Maisons de la Famille de la Reunion - Ecole des Parents et des Educateurs, installés depuis le 27 Août dernier dans le nouveau local au cœur du quartier prioritaire de Fayard.

« L’Amafar est avant tout un lieu d’accueil, d’écoute, d’accompagnement mais aussi de mise en confiance qui permet par exemple à des mères de familles, originaires de la zone de l’océan Indien de franchir la barrière de la langue » signale Mariam Sinami la médiatrice, entourée de Fatma Rafi Coordinatrice de l’Est et Aïcha Ramassamy Formatrice en parentalité Est de l’Amafar. Elles ont reçu ce 8 Novembre 2019, la visite du directeur Francis Schutz, ainsi que de Didier Duranton, délégué du Préfet dans l’arrondissement Est, du Major Jean-Michel Doxiville du GPO ou Groupe de partenariat opérationnel, réunissant la Police nationale, la Police municipale, la Ville de Saint-André. Amandine Poulbassia du Contrat de ville a noté que cette rencontre s’inscrit dans le cadre du partenariat entre tous les acteurs concernés par la lutte contre toutes les formes de violences, notamment intra-familiales.
Fatma Rafi informe qu’à l’Amafar : "Toute femme peut être reçue de façon confidentielle, anonyme et gratuite pour être soutenue et être accompagnée dans ses difficultés familiales, conjugales et sociales. Dans les cas les plus difficiles, nous sommes en mesure de faire une mise à l’abri de la victime par l’intermédiaire du 115, accompagner et protéger la femme auprès du commissariat de police et des services médicaux afin d’établir, si besoin les certificats médicaux nécessaires. Nous sommes donc accueil de jour des Femmes Victimes de Violences. Nous proposons également un groupe de parole « Rebondir ». C’est un groupe de partage et d’entre-aide animée par une psychologue clinicienne".